Les astuces pour réduire l’impact écologique de son site web

On ne parle pas toujours de l’impact environnemental des sites internet, notamment des sites de vente en ligne alors qu’on est à un point la consommation d’énergie est à son sommet. Voici notamment quelques astuces à adopter qui devraient aider à réduire l’empreinte carbone et ainsi, à créer des sites internet plus respectueux de l’environnement.

Pourquoi est-il nécessaire de réduire l’impact environnemental de son site ?

La création de site e-commerce requiert une consommation d’énergie élevée et la plupart des sites ne sont pas respectueux de l’environnement. Malheureusement, la prise de conscience qu’on attend des agences web tarde à arriver et on se retrouve actuellement avec des milliers de site internet performants, bien référencés, mais qui pompent l’énergie naturelle et sont ultra polluantes. Depuis quelque temps, certaines agences se sont mises à la tendance de l’éco-conception web, une démarche qui vise à réduire les impacts environnementaux des sites internet professionnels.

Plus concrètement, un internaute consomma chaque année près de 203 kg de gaz à effet de serre et 2924 litres d’eau, ce qui représente des chiffres qui font froid dans le dos chez les partisans du vert. Les émissions de gaz à effets de serre sont notamment à imputer aux data-centers, au réseau et bien évidemment aux utilisateurs qui passent plus de 80 % de leurs temps scotchés à Internet, via leur Smartphone, leur tablette ou leur ordinateur.

Comment réduire son empreinte écologique ?

En se basant sur la technique de l’éco-conception web, on retiendra que pour réduire l’empreinte écologique de ses sites, il y a certaines bonnes pratiques à suivre. Déjà, il faut éviter de transférer des ressources inutilement. Les caches des navigateurs permettent notamment de faire régulièrement le ménage, aidant ainsi à ne pas solliciter les ressources qui ont été déjà transférées. Dans l’idéal, on rassemble les fichiers en des fichiers compressés (JavaScript, CSS) et on limite le nombre de requêtes envoyées au serveur. On évitera également d’afficher dans un autre onglet les images d’une page lorsque cela n’est pas nécessaire. Dans la même foulée, les agrandissements, les zooms et autre actualisation de page pour que toutes les images apparaissent en même temps ne sont pas nécessaires, il suffira de scroller jusqu’à ce qu’on ait fini la lecture de la page, les images se chargeront d’elle-même. On attendra ensuite qu’ils s’affichent naturellement pour en percevoir le contenu.

ecologie et imprimanteMême si le digital prend le dessus sur toutes les autres pratiques jugées désormais archaïques, il faut se rappeler que l’utilisation d’Internet rime avec impressions et scan. Qui dit impression dit utilisation d’encres et de papiers et entre les recettes de cuisine, les paroles de chanson, l’itinéraire à suivre lors d’un voyage, les fiches de travail et autres affiches et posters disponibles en téléchargement libre sur le web, on aura vite fait d’épuiser une rame de papier en moins d’un mois. L’impact écologique est d’autant plus grand si l’on sait que la plupart des pages imprimées présentent des logos et des images ultra-colorées, des typographies élaborées, etc. Aussi, pour réduire son empreinte carbone, les agences spécialisées dans les solutions web doivent penser à mettre une feuille de style spécifique à l’impression aux internautes, cela permet non seulement de n’imprimer que l’essentiel, mais aussi de faire des économies sur l’achat du papier et de l’encre.